Archives de Catégorie: adulteries

West Coast – Lana Del Rey

Je me souviens plus trop de toi
T’as  trop ternis les airs ambiants pour que je te reconnaisse

Je me souviens que tu baisais avec la poésie des espoirs perdus
Je me souviens que tu écrivais avec la douleur sympathique de mes mains

Maintenant on est dans le loin
Tout un grunge entre nous

Je te verrais la face que je saurais même pas si c’est toi

Je crois pas, t’as trop humilier notre amour

Peut-être que dans le fonds, c’était juste pas toi et tu jouais tout le temps

T’as toujours été bon pour être le pantin des désirs

Je saurais pas quoi te dire
J’aurais rien envie de te dire

Mais moi, je me souviens de Lajeunesse

Le reste, je l’ai tué

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans adulteries, des lettres qui ressemblent des fois a des mots, La bête, on m'a oublié

Césaria Évora

Poster un commentaire

Classé dans adulteries, des lettres qui ressemblent des fois a des mots, La bête, musique de toi, Obsession, on m'a oublié

Keaton Henson – Romantic work

Criss que c’est dur de rien te dire
Criss que c’est dur quand tu dis rien

Je sais jamais ce qui se passe derrières tes yeux
T’as beau pas mettre de rideaux, tu mets des criss de murs

Toi, tu t’en fou de tout
C’est facile quand on s’attache jamais à rien

Le café goûte tout le temps pareil
Y’as jamais rien dans tes murmures

Des siècles plus tard,
C’est à lui que je dis plus rien

Rien de toi, rien de moi

Je suis devenue silence pour ne pas perdre l’amour qui crie fort

Il faut se taire pour ne pas briser les limites
Les conceptions
Les boîtes que nous avons battis

Des siècles plus tard,
C’est à lui qu’il reviendra d’arracher ce qu’il reste de moi

Après le passage des animaux, c’est sur ma carcasse vide qu’il viendra se reposer

Quand toute la musique du monde aura jouée, c’est sur mes épaules qu’il viendra se poser

Quand ton passage m’aura détruit, émiettée, c’est sur mon ventre qu’il vendra se coucher

Quand toute la cruauté du monde aura agrippée les murs, c’est sur mes mains qu’il viendra danser

Quand tout de toi sera trop loin en moi, c’est lui qui prendra la chair de mes chairs

Je suis pas en amour mon amour,

Je ne suis pas en désamour de toi

Je suis tombée dans un silence animal
Un silence de peaux,
La nuit

Quand tu fermes les yeux, mon amour, je ne suis plus là

Mais à jour ouvert, c’est à toi que je m’entends

Des siècles plus tard le silence ne nous tuera pas mon amour

 

Je voudrais toujours danser de toi
Même dans mes absences tu reste mon éternel

Poster un commentaire

Classé dans adulteries, on m'a oublié, tiger

bloody mother fucker asshole

J’ai rien à te dire

Des mots vides de matins lourds

T’as pas idée comme j’irais avoir le monde à te raconter, la vie à t’apporter, de la musique à te chuchoter

Mais c’est vide,
Tout ça, tout toi
C’est vide

J’écoute Martha les jambes repliées sur moi même

Parce que j’ai juste ça à faire, me replier sur moi même

Y’as même plus d’arbres devant chez toi
Juste des fenêtres qui donne dans le vide
Des draps oubliés sur le plancher

On vas encore dormir dans notre sueur

Y’as pas de place pour la poétique entre toi et moi

Y’as pas de place pour toi et moi

T’as pas de place pour moi

Poster un commentaire

Classé dans adulteries, on m'a oublié, tiger

mappemonde

Y’as rien de poétique chez toi

J’aurais bien crié ma vie dans tes rideaux, mais même ça, ça existe pas

Y’as rien de poétique chez toi

Juste du vieux café filtre qui goûte le blues de nos fins de soirées

Tu cours à rien et moi je reste là, cheerleader de ton départ

Cheerleader de ton ennuie

Comme si t’en avais quelque chose à foutre

Je pourrais bien mourir sous une pile de fourmis que ta vie changerait pas

Mon verre de rouge traîne encore sur le divan

J’ai un vieux refrain de guitars dans la tête

Ça gratte comme tes doigts sur moi le matin

Je serais jamais plus que ça, pis en quelque part ça me va,

Mais m’en veux pas si je t’attends à toutes les heures de la journée

Je serais jamais toi

J’aime pas assez ton café

Pas que j’aurais pas voulu rester

Mais tu te peux plus de pas me vouloir

Faque je vais comprendre pis crisser mon camp avant que t’ai besoin de m’étaler

Poster un commentaire

Classé dans 1+1=3, adulteries, tiger

Lost boy

La lumière danse sur en reflet sur la fenêtre

Les désirs se dissipent en fumée au bout de mes doigts
Une petite danse rouge au bout des ongles
Un long filet blanc entre mes lèvres

Il fait bien bien trop froid pour toi dans mes bras
Ne te prends pas à mes pieds mon amour
Il n’y as rien pour toi sous mes pas

J’espionne le dépanneur en face
Des passants l’air épars se dissipe contre le temps

Ça danse plus au bout de mes doigts
La fumée as disparu elle aussi

Ne t’attache pas à moi mon amour
Il fait bien trop froid dans mes bras

Mon coeur est bien trop grand pour toi
Ne t’y perds pas
Les chemins s’y échappent au grès de mes amour rempart

La lumière danse contre la fenêtre

Je m’invente des vie qui n’existe pas
J’attends le temps
Les veines giclantes au bout des bras

Je suis bien trop en sécurité pour toi
Il n’y as plus rien dans mes combats
Ce que je fais maintenant, je le fais pour moi

Ne te perds pas en moi mon amour
Je me perds à chaque détour

Poster un commentaire

Classé dans adulteries, Chimère, des lettres qui ressemblent des fois a des mots

Agression 2 – Chapitre 1, p.54

J’ai tellement mal aux mâchoires que j’ai la geule qui veut me sortir du visage
Ça doit être les mots que j’aurais voulu dire aux amies que j’ai plus

 

Quelque part dans montréal la sale, les charognes doivent rire dans leurs Barbe(s)

Si je suis ton seul morceau de viande, gruge Jambon, gruge.
J’ai un corps de tigre, un coeur de loup et la patience du hiboux

Hermione est morte depuis bien longtemps
Son corps froid gie maintenant loin de vous

Comme si j’avais fait milles milligrames de cocaïne, j’ai la geule qui veut me sortir du visage
Ça doit être les mots que j’ai retenus à celles qui ont vidées ma carcasse

Une chance, la peau est faites de serpent
Le coeur est un élastique
Les griffes s’astiquent

Tu n’as tout au plus que démarrer la machine, remonter le ressort, engager les entrées
Comme un plat froid sur ma table de fête
T’as rien détruit vipère

J’ai milles cents rythmiques pour toi bitch
Toutes celles où tu enfonce tes propres clous

Je t’en prie, garde moi ce plaisir,
Ne consomme pas trop vite, je veux allumer le feu de la victoire

Pour le reste des ceusses là,
Fouille fouille Jambon, Y’as trop d’élasticité dans ma viande pour que tu gruge quoi que ce soit,
Fais attention pas te casser une dent, il t’en reste plus tant

Poster un commentaire

Classé dans adulteries, des lettres qui ressemblent des fois a des mots, La bête